You are currently viewing La provenance de mes fleurs

Mon expérience depuis 20 ans…

Mes voyages

Depuis mes 20 ans, j’ai une conscience écologique qui s’est développée au fur et à mesure de mes expériences personnelles et professionnelles. J’ai commencé en effet ma carrière dans les pays du Sud, au Sénégal, où les effets du climat sur les populations et l’agriculture étaient en 2003 déjà bien visibles. Et en Inde, où la ressource en eau, à côté de Pondichéry était problématique.

Au retour de ces voyages de longue durée, j’ai décidé de me tourner à 100 % vers l’agriculture biologique pour me nourrir et manger moins de viande.

Une installation en AB

En 2010, Nous nous installons avec mon mari sur 13 ha en Agriculture biologique, en maraîchage et en céréales, pendant 6 ans, puis je deviens formatrice en productions horticoles, avec un module agriculture biologique pour les BTS.

Je veux juste mettre en perspective mon expérience professionnelle et personnelle, mes convictions profondes, et mon souhait de travailler au sein de mon entreprise l’Atelier Chant de Fleurs, en respectant l’environnement. Vous pouvez ainsi constater que cela ne date pas d’hier.

Venons en au fait

Commençons par les fleurs coupées fraîches:

J’ai donc été formatrice en productions horticoles en cfa agricole.

De la production florale à l’art…

J’y ai enseigné la production florale, en classe d’apprentis de BTS. Les visites étant le meilleur moyen pour illustrer les propos et les notions vues en cours, j’ai donc investigué et rencontré des producteurs de fleurs coupées dans notre département du lot et Garonne, afin d’y emmener les classes concernées.

Je me suis tout naturellement appuyée sur cette expérience pour de nouveau rencontrer des producteurs de fleurs coupées dans le but maintenant de travailler avec eux.

Comme je travaille sur de petites quantités et surtout que je n’ai pas de stock dans l’optique zéro déchet, pour l’instant je me déplace chez eux.

Depuis que je suis sur Montpellier (mai 2021), il a fallu chercher à nouveau des producteurs, j’ai rencontré Elodie (il est midi) qui produit des fleurs fraîches en bio que je fais sécher ensuite. Il y en a d’autres à Mauguio par exemple Les fleurs du Peras que je vais rencontrer et dans les cévennes, Les fleurs Dumas.

Les grossistes…

Au MIN de Montpellier, j’ai trouvé Daviflor qui propose des fleurs séchées de chez Florazur (fleurs du Var), et puis des fleurs de hollande, Italie.

Pour les fleurs stabilisées je me fournit chez deux grossisites Phocealys, dans les bouches du rhône et Secondflor à côté à Castries. Une partie de leur offre vient de leur production de fleurs stabilisées et ils proposent également des fleurs séchées de hollande, italie, Espagne.

Quelles fleurs mes producteurs cultivent-ils tout le long de l’année?

Commençons par l’été de juin-juillet à septembre environ :

Il a fallu remplacer le Gaec d’Aurioles à Bias (à 10 min à peine de chez moi dans le 47) qui cultive des légumes et des fleurs coupées en agriculture biologique, c’était une vraie chance pour moi de les avoir tout près!! J’y ai d’ailleurs travaillé l’été 2018, car je voulais voir de près la production de fleurs coupées! Ils font partie de la coopérative Rosedor.

Elodie de Il est midi cultive un bon nombre de variétés différentes et c’est super interessant pour moi qui ne fait pas beaucoup de stock.

Elle a des statices, des hélychryses, des célosies, des gomphrenas, des achillées, et bien d’autres encore!!!

Chez Daviflor je trouve à peu près mon stock de fleurs françaises, et donc je suis ravie!! des glyxias, des phalaris, des pampas, des graminées, des asteracées…

Et dans mon jardin, alors!? ça c’était avant!!!😅

Je ne me refais pas, j’adore semer et planter mes fleurs et mes légumes.

Ce que j’aime dans le fait d’avoir des fleurs au jardin c’est ce côté inspiration, tu regardes, et tu coupes en direct et imagine l’association de couleurs… et puis les fleurettes dans un bouquet donnent du volume, de la texture et embellissent vraiment je trouve!

Cette année au jardin, j’ai eu des petits mufliers, des zinnias, quelques dhalias, des amarantes queue de renard, des pois de senteur, des ancolies, de jolis scabieuses, j’adore!

Je glane beaucoup mes feuillages, chez moi j’ai du lierre et puis beaucoup d’arbre avec des couleurs de feuillage différent qui permettent de varier.

Je glane des viburnums aussi au printemps.

Je coupe également de la menthe et de la mélisse ainsi que du chèvre feuille, cela tient très bien et donne un côté anglais!

Et puis je glane mes feuillages frais, du mimosa par exemple, et je vais chercher des carottes sauvages et des achillées. Tout cela c’est une organisation et du travail!

Et continuons par les fleurs séchées et stabilisées:

En ce qui concerne les fleurs séchées, je glane des pampas, des cardères, des achillées, des solidagos (sur un talus en face de chez moi), des carottes sauvages. les feuilles de palmiers proviennent de mon jardin.

Quand je glane dans un champ, je le fais toujours en plein jour et sans me cacher! et pour les pampas je demande aux propriétaires si c’est à côté d’une maison. Je repère les coins et je connais toutes les plantes autour de chez moi que je peux utiliser!!

J’aime beaucoup me promener et puis ça fait une sortie avec les enfants aussi!

Je les installe ensuite sur les cordes que j’ai tendues dans mon atelier ou sur une palette grillagée, si j’ai envie que les fleurs prennent une forme plate, pour les carottes sauvages par exemple.

les fleurs qui sèchent à l'atelier
monnaie du pape et fleurs de maïs doux sèchent la tête en bas!

Je fais sécher aussi du gypsophile et de l’eucalyptus que j’achète , eux en bouquet dans un seau et ils sèchent tranquillement.

Solidago, achillées et carottes sauvages

Cette année j’ai eu la chance que mon frère m’ai ramené des lagurus (queue de lapin) de l’île de Ré.

Il faut savoir qu’en France, c’est assez difficile de se procurer des fleurs séchées, il y a très peu de producteurs, et le coût est élevé, et surtout c’est saisonnier, le stock est plein de août-septembre à décembre. Grâce au collectif de la fleurs françaises, j’ai rencontré Hélène Taquet qui est présidente et qui est productrice dans le nord de la France. Un autre producteur, les jardins d’Olha, et ceux que j’ai cité plus haut.

Les delphinums, les statices, les hélychrises, les petites fleurs séchées proviennent de chez elle.

Et enfin je me fourni chez une entreprise qui achète des fleurs bio qui ne proviennent pas toute de france, espagne surtout et qui stabilise ces fleurs, c’est donc Secondflor.

Le procédé est écologique et la glycérine utilisée est naturelle.

Ce n’est pas évident de se fournir en fleurs séchées et stabilisées écologiques et surtout je ne peux pas avoir tout quand je le souhaite. et oui il y a une saisonnalité aussi et il faut prendre en compte les cycles des végétaux!

J’espère que cet article vous aura fourni plus de détails quant à la provenance de mes fleurs et j’espère que ce sera plus clair pour vous!

Cet article a 3 commentaires

  1. Odile

    Bravo pour ton engagement écologique et écoresponsable Virginie…
    Je te souhaite plein de succès dans ton entreprise ! 😉

Les commentaires sont fermés.